Podcast : Épisode 8, stabilité et compatibilité

Épisode audio, les tests de stabilité et de compatibilité

Résumé

Les tests de stabilité et compatibilité en conditions de vieillissement accéléré:

  • Choix des contenants: piluliers en verre pour le test de stabilité; emballage final pour le test de compatibilité
  • Températures de test: au froid: -4*C, température ambiante: ~25*C, au chaude: de +40*C à +50*C, alternance froid / chaud
  • Durée des tests: de 3 à 6 mois
  • Bénéfices : anticiper et évaluer l’état du produit au cours de sa vie

Notes de l’épisode

Transcription

Bonjour, vous écoutez l'épisode 8 des Dessous de la Cosmétique, le Podcast qui vous dévoile et vous explique avec clarté et sincérité le monde de la cosmétique. Je suis Julie Magand Castel, biologiste chimiste et cosmétologue spécialisée en cosmétique naturelle et aujourd'hui nous allons parler des tests de stabilité et compatibilité.

Avant la mise sur le marché, nos cosmétiques ont dû être examinée attentivement pour s'assurer de leurs sécurités, de leurs robustesses, et de leurs efficacités. Nous avons énuméré ces tests dans l'épisode 4 sur le développement cosmétique dans lequel nous avions évoqué les tests de stabilités et de compatibilités. Le test de stabilité atteste de la robustesse de la sensorialité du produit dans le temps, et le test de compatibilité atteste qu'il n'y a pas de réaction involontaire entre l'emballage et la formule. Alors comment cela est-il déterminé sachant qu'il n'est pas viable pour une marque de vérifier l'état de son produits finis pendant 3 ans avant la mise sur le marché ?

En effet la cosmétique est un secteur très mouvant, ce qui implique un certain dynamisme et une certaine réactivité, il n'est donc pas d'usage d'attendre la fin d'un test de stabilité en temps réel pour lancer son produit. À la place, les marques performent des tests de stabilité en condition accélérées. C'est à dire que le produit est mis dans des piluliers en verre, donc dans des contenants en verre et gardé dans des étuves à différentes températures.

Le produit est mis dans des piluliers en verre pour deux raisons : premier le verre est un matériau inerte et donc qui réagit peu voire pas du tout avec le contenant, ainsi on s'assure que s’il y a une instabilité c'est du uniquement à la formule ; et deuxièmement parce que le verre est transparent et donc il est très facile de juger si le produit déphase. Ensuite le produit est gardé au réfrigérateur pour vérifier qu'il résiste au froid, il est placé dans des étuves au chaud, entre 40C et 50C pendant plusieurs mois, entre 3 et 6 mois pour imiter le vieillissement qu'il aurait pu endurer sur plusieurs années entre 2 et 3 ans.

De plus, il est possible de faire subir au produit des cycles de froid et chaud en alternance pour imiter des conditions extrêmes de transport par exemple. Ainsi le produit endure des températures de -10C à +40C dans la même journée et ce pendant plusieurs jours voire dizaines de jours. Les procédures exactes dépendent des laboratoires.

Ces conditions de vieillissement accélérée permettent de prévoir l'état d'un produit s'il avait vécu plusieurs années en conditions normales. Ainsi en quelques mois on avoir une très bonne idée si le produit est apte à être utilisé quelques années après sa production, d'un point de vue de sa sensorialité uniquement. Afin de se rendre compte d'une instabilité à temps on vérifie le produit qui est gardé aux étuves fréquemment et à des intervalles de temps précis pour que ce soit comparatif d'une formule à l'autre. Plus vite on se rend compte que la formule est instable et plus vite on peut reformuler et suivre le nouvel essai en stabilité.

Il est également possible de mettre le produit à la centrifugeuse pour tester sa robustesse, ce test est extrêmement pratique car en une dizaine de minutes il est possible d'avoir une première évaluation de la stabilité du produit. Une centrifugeuse c'est une machine qui permet de soumettre le produit des rotations très rapides, ce qui peut déstabiliser une émulsion si elle n'est pas assez robuste.

Alors, depuis le début de cet épisode, on parle d'instabilité alors comment elle se traduit une instabilité. Prenons l'exemple d'une émulsion, qui est un système difficile à stabiliser. Pour rappel une émulsion huile dans eau c'est un système composé de toute petite gouttelette d'huile dispersées dans un système aqueux.

Je vous invite à écouter ou réécouter l'épisode 2, la mayonnaise et la vinaigrette qui explique plus en détails ce qu'est une émulsion.

L'émulsion est stable grâce au tensio actif aussi appelé émulsifiant, petites molécules qui se mettent à l'interphase entre l'huile et l'eau. L'émulsifiant sépare les gouttelettes les unes des autres et augmentent la répulsion que les gouttelettes ont les unes avec les autres. Et grâce à cette force de répulsions, l'émulsion est stable. Cependant l'émulsifiant est trop faible et que cette force de répulsion n'est pas assez forte alors les gouttelettes se regroupent, c'est ce qu'on appelle la coalescence pour former des gouttelettes de plus en plus grosses. A terme toutes les gouttelettes se regroupe et reforme une phase distincte, c'est le déphasage. Le système est alors composé de deux phases distinctes.

Généralement la phase huileuse se retrouve au-dessus car sa densité en inférieur à 1, donc sa masse volumique est plus faible que celle de l'eau. Donc vous vous imaginez bien que le client qui achète sa crème ne sera pas content d'ouvrir le pot et de découvrir une phase d'huile à la surface. Il faut donc impérativement vérifier que la stabilité de la crème soit optimale avant la mise sur le marché. Nous parlerons d'autre instabilité dans un prochain épisode consacré à ce sujet.

Ensuite, il faut vérifier la compatibilité de la formule avec l'emballage, on dit la compatibilité contenant / contenu. En effet certains ingrédients peuvent interagir avec certains matériaux.

Il est possible par exemple que certain alcane déforme certains plastiques, ce ne veut pas dire pour autant que ces ingrédients sont dangereux mais il faut s'assure que le tube de crème ne se déforme pas au cours du temps, qu'il ne fuit pas etc. Et pour cela le test est très similaire au test de stabilité à la différence que l'on place la formule dans le packaging finale et non dans des piluliers en verre aux étuves. Et on suit l'évolution de produit fini dans sur plusieurs mois dans des condition de vieillissement accélérées.

J'espère que cet épisode vous a plu et vous en savez davantage sur les tests sur les animaux dans l'industrie cosmétique. Un nouvel épisode sortira samedi prochain et vous pouvez retrouver les notes de ces épisodes sur mastelcosmetics.com dans la rubrique les dessous de la cosmétique. Mastel ça s'écrit MASTEL et c'est la contraction de mes deux noms de familles Magand Castel.

N'hésitez pas à réagir dans les commentaires, à poser vos questions ou à indiquer ce que vous aimerez entendre par la suite. Vous pouvez des aujourd'hui vous abonner au Podcast Les dessous de la cosmétique sur différentes plateformes de Podcast dont Spotify et suivre son actualité sur Instagram et sur Twitter avec l'identifiant mastelcosmetics. Aussi et bien sûr n'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis si vous pensez qu'ils pourraient l'apprécier - merci. Je vous souhaite une belle semaine et vous donne rendez-vous samedi prochain pour un épisode sur les tests de stabilité et compatibilité.


Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.